×

Erreur

[SIGPLUS_EXCEPTION_SOURCE] La source d'image est censée être une URL complète ou un chemin d'accès relatif au dossier de base d'images spécifié dans le back-end, mais images/documents/plantes/diaporama n'est ni une URL ni un chemin relatif à un fichier ou dossier existant.

rhubarbeRheum x rhabarbarum

Polygonacées

Asie

Son histoire

Rhubarbe est le nom commun d’une trentaine d’espèces de plantes herbacées vivaces de la famille des Polygonacées. Les rhubarbes cultivées appartiennent aux espèces rhaponticum, rhabarbarum et à leurs hybrides. Les préparations médicinales sont obtenues à partir de Rheum officinale. Originaire du nord de l’Asie (Sibérie), elle est utilisée en Chine depuis l’Antiquité pour son action sur le foie. Introduite en Europe par Marco Polo, elle fut d’abord cantonnée parmi les plantes médicinales et ornementales. Elle ne fut cultivée et consommée comme plante potagère qu’à partir du XVIIIe siècle.

Ses usages

Alimentation

La rhubarbe, la « racine barbare », est largement utilisée en Grande-Bretagne et en Allemagne ainsi que dans les pays alentours pour la confection de compotes, confitures et tartes en dépit de son acidité.

Les limbes des feuilles sont toxiques à cause de leur teneur en acide oxalique. Les glucosides d’anthraquinone pourraient également être responsables de cette toxicité. De nombreux cas d’intoxication ont été rapportés, surtout en Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale, où la consommation de cette plante avait été recommandée. La plupart des intoxications ont lieu lorsque des novices préparent les limbes au lieu des pétioles. On peut voir apparaître des symptômes tels que nausées, vomissements, crampes abdominales et diarrhées ainsi que des dommages rénaux. Les feuilles sont également toxiques pour les animaux. Les pétioles s’utilisent épluchés et cuits en compotes, confitures, tartes, et même comme légume en accompagnement du gibier.

Médicinal

Tonique, antianémiques, très laxative grâce à sa richesse en fibres, purgative. Elle apporte des minéraux, certains en grande quantité comme le potassium et le phosphore, et certains en quantité moindre, mais néanmoins intéressante comme le magnésium et le calcium. La substance secrétée par sa racine est appréciée pour son action antiseptique sur les problèmes de foie. C’est est un bon anti-inflammatoire pour les muqueuses buccales.

Utilitaire et écologique

Pour éliminer les dépôts calcaires dans une casserole ou une bouilloire, faire bouillir quelques morceaux de pétioles de rhubarbe coupés dans un peu d’eau.

La partie non consommée de la feuille permet de faire un extrait fermenté pour lutter contre les pucerons et le ver du poireau.

La plante

C’est une plante vigoureuse, des régions tempérées, aux rosettes de grandes feuilles pétiolées, gaufrées, grossièrement triangulaires. Les feuilles sont toxiques, contrairement aux pétioles d’environ 50 cm de long, seules parties comestibles après cuisson.

Sa culture

La rhubarbe préfère les sols profonds et frais, avec une bonne fumure organique. Elle se développe mieux à exposition ensoleillée ou à mi-ombre. Elle appréciera un apport de compost tous les ans et un paillage pour préserver l’humidité du sol. Un pied peut vivre de très nombreuses années, mais il est bon de les renouveler tous les 5 à 10 ans, par division des touffes. Les pétioles se récoltent en mai et juin, en les coupant au ras du sol et en laissant une partie des feuilles au centre de la plante. Une deuxième récolte peut avoir lieu fin septembre. Couper la tige florale pour inciter la plante à renouveler ses feuilles.

Suivez-nous sur Facebook